vendredi 28 février 2014

Nos semaines (08 et 09/14)


Une quinzaine très contrastée du point de vue de la météo...

La première semaine, le soleil a continué de nous faire croire au printemps... Malgré les gelées nocturnes, les insectes ont refait surface : mouches, fourmis, minis lycoses et même papillons, sont sortis d'on ne sait où et ont exploré le jardin. J'ai taillé la clématite, planté des bulbes de narcisses en boutons et poursuivi l'entretien aux arbustes, nous avons pris quelques déjeuners sur l'herbe, et avons pique-niqué au Parc de la Tête D'Or... La belle vie, quoi ! :-)

Et puis... Et puis, ça :


... Une petite leçon sur l'impermanence, moi qui crois toujours le premier rayon de soleil venu (je suis un vrai coeur d'artichaut météorologique !!) ! :-D

Ces caprices du ciel n'ont pas empêché nos petites activités d'aller bon train...


Vous saviez que les tartines étaient un classique de nos goûters, mais voilà une petite variante que les enfants réclament à chaque fois depuis qu'elle a été introduite. Il s'agit de découper des formes dans le pain de mie à l'aide d'emporte-pièces... C'est très rigolo et ça muscle les petites mains... Et cela n'engendre aucune perte puisque nous dévorons les chutes aussi !! ;-)


Sinon, les activités habituelles se poursuivent...

Cf. ICI

Cf. ICI

Le jeu "des petites histoires" continue de plaire énormément à Antonin qui le réclame régulièrement. Mais je dois avouer que je suis perplexe quant aux procédures du Damoiseau et j'ai l'impression que ses réussites à cet exercice tiennent plus du hasard que d'une réelle compréhension des enchainements temporels et logiques. Du coup, dès que possible, nous mettons en scène "pour de vrai" ces petites séquences ; c'est généralement très facile puisqu'elles sont toutes issues de situations très quotidiennes : souffler une bougie, actionner un interrupteur, presser un fruit... J'espère que cela va aider le Damoiseau à structurer les choses ? En tous cas : il adore ! :-)

À ce sujet, je dois avouer que je m'emballais complètement en décrétant il y a trois semaines qu'Antonin parlait peut-être couramment ??!!! Voilà une grosse semaine qu'il ne parle plus que par mots isolés ! Et je dois faire un gros travail sur moi-même pour ne pas accéder à ses demandes objectivement incompréhénsibles (même si moi, subjectivement, je les comprends très bien...). "Pied ! - Oui, ton pied. - Pied ! - Oui, Antonin, c'est ton pied. - Mal ! - Ah ? Tu as mal ? Où ? - Pied !". Etc. Pfff...

Évidemment, cette régression survient au moment où Louiselle, elle, découvre que construire des phrases est aussi simple que de dire "Bonjour" (ou "Merci" ou "Ai soif, Môa", ou "I' pleut, dehors", ou "Y'a plus, de l'eau", ou "Est mouillé, les pieds", etc.). Il n'y a pas de hasard ! :-(

Ah, nous avons un nouveau jeu mathématique (doublé d'un exercice de graphisme), dont l'idée a été piochée ICI. Il s'agit de lancer un dé, compter le nombre de points obtenus, et dessiner autant de cordes à une guitare (plastifiée) qui en est dépourvue...


Bon, seule la première corde est toujours bien placée sur le manche de la guitare... les autres se baladent un peu à droite et à gauche... Mais elle sont toujours tracées bien parrallèlement à la première, et le compte est toujours bon ! Objectifs atteints ! Et après, on efface et on recommence. Il n'en faut pas plus pour passer un bon moment.

Et pendant ce temps-là, la Damoiselle s'installe avec son matériel préféré...

Cf. ICI
... travaille ...


... s'interrompt pour interagir avec son frère, alors en pleine séance de modelage...


... puis range. Si ! :-)


Les enfants ont découvert un nouveau bac sensoriel :


Je n'ai aucun mérite : j'ai repris intégralement cette idée-ci. Sauf que j'ai utilisé des boules de polystyrène peintes à la place des pompons, et des lentilles au lieu des haricots... Ce qui n'est pas une très bonne idée, d'ailleurs, puisque ces petites graines sont entrées dans les voitures !


Nos étagères se sont enrichies de deux nouveaux plateaux.

Le premier a été improvisé dans la cuisine avec les moyens du bord lors d'un quart d'heure difficile : Louiselle voulait vraiment SORTIR jouer dans la neige LÀ TOUT DE SUITE, mais... "Ma chèrie, d'une part, c'est la tempête, d'autre part nous mangeons dans cinq minutes". Le genre d'arguments qui passent largement au dessus de la tête de la petite Damoiselle de 21 mois, of course.

Ce type d'argument- a plus de poid :


Un plateau, un bol de fèves sèches, et une petite bouteille au large goulot ayant contenu une liqueur de prune corénne. Je savais que j'avais raison de garder cette belle bouteille et que je lui trouverai un usage !!


Le succès fut tel que je décidais de remplacer nos pichets par cette nouvelle activité, les versés n'ayant pas du tout la cote en ce moment...


Et voici l'autre nouveau plateau, plus reggien, cette fois :


Lorsque je lui ai proposé cette loupe, Antonin a passé un long moment à observer les objets de son panier phonologique à travers le verre. Ça lui a beaucoup plu !


Il ne découvrira ce nouveau plateau qu'après sa sieste, dans quelques minutes... 


Je vous raconterai tout !

Bon week-end à tous ! ;-)

jeudi 27 février 2014

Carnet de comptines


Mes enfants m'ont appris une chose essentielle concernant l'apprentissage des comptines et petites poèsies : ils m'ont appris que les enfants peuvent en mémoriser beaucoup, surtout s'ils les rencontrent souvent par le biais de livres. Quand je revois ma maigre programmation de ma dernière classe de maternelle en enfantines et jeux de doigts, je souris. Et quand je vois la manière dont la plupart des collègues illustrent à la va-vite les formulettes choisies, je me hérisse...

Nous empruntons le plus souvent possible des albums-comptines à la bibliothèque. Je suis d'ailleurs en train de potasser une sélection d'entre eux digne de ma bibliothèque idéale. Et hier, je me suis dit que ce serait une excellente chose de garder une trace de notre répertoire personnel (à commencer par ces chansons-ci et celles-là). Une trace spéciale.


Et c'est ainsi qu'un joli carnet qui attendait son heure a trouvé sa vocation. Il est d'un format pratique, qui se glisse facilement dans le sac à main. Quant à la présentation des comptines, elle suit l'inspiration du moment, à la manière de l'art journaling. Ce ne sera pas la même veine selon que je les griffonnerai dans mon lit ou dans la salle d'attente du médecin. Et j'essaie d'avoir toujours en tête ce qui peut plaire à mes enfants (quelques dessins, des lettres en capitales d'imprimerie et des chiffres bien identifiables, des étoiles, des touches de rouge...).

Les enfants ont déjà adopté notre mini-recueil familial, qui n'a pourtant que quelques heures de vie ! :-D

mardi 25 février 2014

Vie sensorielle : l'année des trois ans


Il y a quelques mois, Antonin a débuté la Vie sensorielle. J'ai vite été confrontée à un problème organisationnel : comment ranger le matériel, de façon à ce que Louiselle ne puisse manipuler ce matériel si spécifique, tout en conservant à Antonin le choix de ses activités ?

L'option consistant à entreposer le matériel sensoriel dans l'atelier est fermée pour l'instant : par définition, l'atelier est un espace ouvert à tous, et je ne veux pas qu'une partie des objets qui y soient entreposés soient interdits à la Damoiselle. Plus pragmatiquement encore, l'atelier se trouve au dessus de la chambre de Louiselle et son parquet grince... Quand on sait que les seuls moments de travail sans Louiselle sont pris lorsqu'elle dort, au début de sa sieste, il n'est donc pas question d'imaginer montrer dans cette pièce à ce moment-là.

Il fut un temps où nos séances sensorielles avaient lieu dans la chambre d'Antonin... Et puis, nous nous sommes rabattus sur le salon, plus accessible, plus confortable et plus fonctionnel (les chambres d'enfant sont encore à l'état de chantier pour le moment...).

Et le matériel sensoriel a trouvé sa place, en attendant que Louiselle grandisse, dans un très grand bac en plastique transparent - monté sur roulettes, ce détail ayant beaucoup d'importance pour le Damoiseau !! Ahh, c'est sûr : d'un point de vue strictement esthétique, on peut rêver mieux... Mais au moins, le matériel est rangé, et il reste à portée de main et de vue (car "Loin des yeux..." , vous savez !). Il me suffit de poser cette boite sur le sol, et Antonin se charge de l'ouvrir et de choisir ses activités.


À vrai dire, ce système me plait tellement, que je pense organiser une boite analogue pour les activités de langage et de "culture" ! ;-)

Voici quelques clichés de la séance de tout à l'heure :


Le tri selon la forme continue à passionner Antonin. J'ai percé chaque carte d'un trou et je relie le tout avec un anneau articulé, ce qui facilite grandement le rangement quand on manque de boites (on manque TOUJOURS de boites, vous ne trouvez pas ?). Au dos de chacune d'elle, j'ai collé des gommettes qui permettent l'autocorrection :

Ici, une tendance à la confusion "rectangle"/"trapèze"....
(Et oui, je sais, une carte "trapèze" n'a plus de gommettes,
il faut que je les recolle...)

Ensuite, les blocs de cylindres furent sortis un à un :


... à deux mains, comme il se doit ! :-)

Et c'est parti pour une petite salade !!


J'aime cet exercice autant qu'Antonin lui-même. C'est fascinant d'observer les stratégies logiques de l'enfant qui s'affinent au fur et à mesure que les cavités se remplissent : "Bon, sur ce bloc, tous les cylindres pouvant correspondre à ce diamètre sont placés, donc la place de celui-ci doit être ailleurs"... "Tiens, ce cylindre dépasse si je le place là, c'est donc que sa place se situe plus à gauche... et s'il s'enfonce, je dois chercher plus à droite (ou inversement selon l'orientation du bloc)"...

Antonin a terminé par un petit jeu autour de la deuxième boite de couleurs :


J'ai fait une petite liste de ce que j'aimerais, dans l'idéal, qu'Antonin découvre dans le domaine sensoriel cette année. Je la reporte ici. Prenez garde cependant si vous vous en inspirez pour votre enfant, car je l'ai pensée en fonction de mon Damoiseau (et je sais que lorsque je recommencerai pour sa soeur, il y aura bien des variantes !). Malgré sa rigueur apparente, la pédagogie Montessori s'adapte à chaque enfant, et il n'y a pas deux progressions identiques !

J'ai classé les activités par saisons - mais plus je me projette dans le temps, plus cette progression perd en finesse, c'est normal. Nous verrons où nous en sommes quand nous y serons !

Hiver 2013/2014 :

- Le jeu de formes
- Le sac à mystère
- Les plaques lisses et rugueuses
- Les emboitements cylindriques
- Les clochettes musicales ( avec ou sans clochettes)
- La cinquième séquence sur les couleurs est en cours... depuis août dernier ! Et il se pourrait bien qu'elle nous occupe jusqu'à l'été prochain ! ;-)


Printemps 2014 :

- La tour rose
- L'escalier marron
- La mise en paire de bouteilles thermiques

À partir de cet été : 

- Les barres rouges
- Le cabinet de géométrie
- Les cartons de géométrie
- Les solides géométriques
- Les bases des solides géométriques
- Les tablettes lisses et rugueuses
- La mise en paire d'étoffes
- La mise en paire d'éponges
- Les bouteilles à senteurs
- Les boites à sons
- Des tris d'objets (selon leur forme) en aveugle

Bon, alors ce calendrier est susceptible de "bouger" un peu en fonction de mon bugdet et du temps dont je dispose pour les fabrications ou les présentations... Si je ne clos pas ce "programme" (qui n'est là que pour me donner une direction), je ne m'en voudrais pas trop... Et vous ? ;-)

lundi 24 février 2014

Rampe improvisée


Peu de temps aujourd'hui... ;-)

Je vous présente très vite l'activité-phare de la semaine dernière...


Un morceau de gouttière inexploitée, une chaise de jardin, les balles en bois de ce jeux-là... Si vous n'en avez pas, ça fonctionne aussi très bien avec des cailloux, de l'eau... ou ce que vous voulez ! Et si "ça" ne descend pas la rampe, c'est intéressant également de se demander pourquoi !! ;-)

Ça ne muscle pas que l'intellect... Les gambettes aussi s'y donnent à fond pour poursuivre les balles qui dévalent...


À très bientôt pour de plus longs discours !! ;-)

samedi 22 février 2014

Nos étagères d'art


Voilà un long moment que je voulais vous présenter nos étagères de matériel artistique. J'ai profité de la belle lumière d'aujourd'hui pour prendre des photos et les voilà !

Vue d'ensemble

Bon, il n'y a là rien d'extraordinaire, je crois bien n'avoir rien acheté de spécifique... Ce ne sont que des matériaux et des outils récupérés dans notre stock personnel. Il faut dire qu'avant d'être parents, mon homme et moi pratiquions les arts pla' tous les deux, alors nous avons tout ce qu'il faut... et même plus ! ;-)

Voici les étagères du bas, consacrées au modelage :


Ici, vous pourvez voir le plateau découpage d'Antonin, consititué très simplement d'une belle boule de pâte à modeler maison, dûment emballée, et d'une paire de petits ciseaux. Il s'agit d'une activité qui peut être choisie seule, comme la mise en plateau y incite, ou mixtée avec d'autres matériaux.

Derrière, nous rangeons un petit rouleau à pâtisserie, et des morceaux de toile épaisse, qui n'adhère pas à la pâte à modeler. Ils peuvent servir de mini-plans de travail ou être pressés sur la matière pour y laisser des traces.


Ici se trouvent les accessoires de modelage : tampons lettres...


... corbeille et boites à oeufs pleines de "boui-bouis" : emporte-pièces, éléments naturels (marrons, noix, rondelles de bambou, pierres, coquillages, végétaux...), de petits anneaux de rideaux, de boules d'argile maison sculptées de motifs,...


... outils plus "pros" en buis ou en métal, pailles, couteau, coupe-papier, crochet, tourne-vis.


Au-dessus prennent place quelques outils pour le dessin :


Dans le premier plumier sont rangés trois crayons à papier (sec, médium et gras) et une gomme "stylo". Dans le second, je propose des crayons de couleurs classiques (qui fascinent les enfants !). Dans le plateau compartimenté, on retrouve des ciseaux, des crayons de couleurs miniatures, deux taille-crayons (un gros et un petit) dans une coupelle en verre destinée à recevoir les rognures, et du matériel de géométrie : double-décimètre, équerre, rapporteur.


Ensuite, le matériel basique de peinture : pas de grand chose à en dire, si ce n'est que j'essaie, une fois de plus, de varier les outils proposés au maximum.


Tout en haut des étagères se trouve la boite de gommettes, une barquette contenant des papiers de petite taille,...

Papier à origami et diverses chutes

... deux carnets à dessin et notre fidèle nécessaire à dessin, qui n'a pas pris une ride...

... mais quelques coups de feutres sur la figure, ça, oui ! ;-)

J'essaie toujours de varier la forme et la taille des outils scripteurs : gros et fins, ronds, triangulaires ou parallèlépipédiques...

Ces étagères sont le "coeur" de notre atelier, la plupart des activités gravitent autour d'elle. Si les enfants ne sont pas encore complètement autonomes dans l'installation de certaines d'entre elles (c'est à moi de couvrir la table, d'encadrer le rangement et l'utilisation du point d'eau...), cette organisation leur permet de choisir leurs matériaux, et ils apprécient énormément cette liberté !

Bon week-end chez vous ! ;-)

jeudi 20 février 2014

Le troisième professeur


Si vous vous intéressez quelque peu à la pédagogie Reggio, peut-être avez-vous rencontré cette idée majeure : l'acquisition du savoir émane d'une relation triangulaire entre l'enfant,  les éducateurs (parents et enseignants), et l'environnement matériel. Chacune de ces trois entités a un rôle prédominant dans le processus d'apprentissage, et c'est en ce sens qu'on lit souvent qu'en pédagogie Reggio, "l'environnement est le troisième professeur". C'est une idée bien plus forte qu'elle n'en a l'air au premier abord, et je ne peux que vous inciter à y réfléchir ! ;-)

J'ai engagé il y a déjà plusieurs mois une réflexion de fond à ce sujet. Je vois de mieux en mieux où je vais, et certains de mes projets d'aménagements commencent même à se dessiner (!). Si vous êtes, comme moi, dans une recherche d'aménagement de l'espace - qu'il s'agisse d'une chambre d'enfant, d'un coin de votre pièce de vie, d'une classe ou d'un "atelier" - qui parle aux sens, attise la curiosité, permet la découverte autonome, et se prête à des relations humaines profondes et respectueuses, peut-être ces quelques pistes à explorer auront-elles quelque chose à vous apporter ?


1. D'abord, trouvons l'inspiration !

Le Net abonde d'articles magnifiquement illustrés qui sont pour moi une source d'inspiration perpétuelle. Le magnifique blog "Let the children play" a le chic pour recenser des merveilles, par exemple ICI, ICI ou ICI.

Au niveau des livres richement illustrés, j'ai repéré Inspiring Spaces for young children, de Jessica de Viney, et Making the most of light and mirors, de Linda Thorntorn, mais je n'ai encore acheté ni lu ni l'un ni l'autre. Par contre, j'ai dégoté ICI un e-book à moindre prix auquel je me réfère souvent. Il s'agit d'une collection de photos, sans texte (ou quasi) ; je l'aime parce qu'il sent le vécu. Les photos sont clairement des photos d'amateurs, mais il s'agit de prises de vue d'un authentique espace Reggio, dont les propositions varient au fil du temps. Le chapitrage est bien fichu, bref, je vous le recommande chaudement ! ;-)


2. É-PU-RONS

Alors, c'est sûr, quand on commence à collecter les matériaux reggiens, on a plus vite fait de faire de notre environnement un véritable capharnaüm qu'un espace pédagogique bien pensé. Croyez-moi, moi qui lutte tous les jours contre les avalanches de matériaux dans notre atelier (oui, JE DOIS trouver des solutions au plus vite pour ne pas périr étouffée sous les fourbis de tous poils, mais j'y travaille !). 

Un truc qui marche : je prends en photos mes piles de cartons de récup' menaçant de s'écrouler, les caisses dépareillées posées en équilibre sur des tas de... trucs, les meubles et les jouets "en sommeil" (rotation oblige...) entassés sans ordre dans un coin... Bref, des anti-photos bloggesques ! :-D

Je les visionne ensuite sur mon écran d'ordinateur en essayant de réfléchir à ce qui ne va pas... Et quand je pense avoir réglé le problème, je les efface. OUF ! Pour le moment, le chaos a tendance à réapparaitre aussi sec dans un autre endroit, mais je vous le répéte : j'y travaille ! :-)


3. Réfléchissons (= pensons activement)... à ce que nous voulons réfléchir (= renvoyer par réflexion)

Un espace Reggio, c'est un espace qui prône certaines valeurs. Mais lesquelles ? C'est à vous de le dire ! Prenez vraiment le temps de réfléchir à ce qui compte pour vous, à ce que vous voulez transmettre à votre enfant (à vos élèves ?), à ce que vous voulez insuffler dans votre espace. Et prenez des notes ! Vous obtiendrez une liste d'idées abstraites qu'il vous faudra ensuite incarner en aménagements concrets (et vos sources d'inspiration favorites, cf. point 1, vous y aideront).

Que doit être cet espace pour un enfant ? S'il s'agit d'une classe au sein d'une école, elle doit être "une maison loin de la maison", qui assure un lien fort entre les enfants et leur famille (enseignants, mûrissez ceci !!). Ensuite, qu'il s'agisse d'un espace scolaire ou domestique, voici les valeurs orientées vers l'enfant que porte un environnement reggien :

- L'environnement permet à l'enfant d'être actif et en situation de réussite.
- L'environnement, éminemment confortable, invite à la serénité.
- Cette pièce où l'on travaille est une sorte d'antichambre de la Nature.
- L'environnement matériel renvoit à l'enfant une forte estime de lui-même.
- Il permet à l'enfant d'aborder un sujet sous différentes perspectives, et alimente sa curiosité.
- Il incite aux relations pacifiques et respectueuses.

Concernant les adultes (oh, oui, oui, ça compte aussi !), les valeurs généralement promues sont, dans un cadre strictement scolaire :

- L'environnement permet à l'adulte de se penser comme partie d'un tout, d'une équipe pédagogique oeuvrant dans une direction commune.
- Il lui offre l'opportunité de créer de solides relations avec les enfants et leurs familles et l'équipe éducative dans son ensemble.

Mais si vous étes "simplement" parent reggien, ce cadre matériel devrait vous permettre, comme aux enseignants appliquant ces principes :

- de trouver une valorisation, un sentiment de compétence, d'efficacité, de respectabilité, bref : une reconnaissance.
- de disposer d'assez de temps et du bon matériel pour atteindre vos objectifs.
- d'être stimulé et de vous investir. Ce contexte de travail vous prendra souvent au dépourvu, et vous emmènera bien plus loin que ce que vous aviez imaginé... en vous apprenant bien des choses au passage ! Que du bonheur ! ;-)


4. Fixons-nous des objectifs clairs...

... et bravons les obstacles, petit pas par petit pas ! :-)

Il se peut qu'à ce stade de lecture de cet article, vous vous disiez : "Rhôô, là, là, génial, ça y est, je vais TOUT changer et ajouter PLEIN PLEIN PLEIN de nouvelles choses !", ou au contraire : "Aïe, mais c'est impossible, et puis d'abord mes collègues (ou mon mari...) ne voudront (voudra) jamais, et gna et gna, trop compliqué, pas d'argent à dépenser, et puis je vois d'ici le fo*toir avec les enfants...".

Bon, ni l'un ni l'autre de ces états d'esprit ne sont très adéquats à la tâche qui vous attend, vous vous en doutez ! :-)

Gardez à l'esprit, une fois de plus, que "Moins, c'est mieux", et que vos enfants (ou vos élèves) seraient perturbés que vous changiez toute votre installation matérielle du jour au lendemain... On le serait à moins, et vous-même risqueriez de ne plus savoir sur quel pied danser.

Soyez créatifs (créateurs !) et non consommateurs. Que vous soyez dans la profession ou pas, ne lâchez pas vos sous à tout-va ! Prenez le temps, murissez. Si vous avez besoin de quelque chose, passez vos trésors en revue pour voir si vous n'avez pas déjà en votre possession un objet qui pourrait faire l'affaire. Et si vous vous décidez à acquérir, faites-le prudemment, en ne tergiversant pas sur la qualité... Laquelle ne coûte pas nécessairement TRÈS cher (bon, il vous faudra généralement renoncer au premier prix, mais vous acheterez de toute façon si peu...).


5. Lançons-nous !

Une fois ce cheminement accompli, plantez-vous devant votre espace à "reggianiser" et demandez-vous :

- Qu'est-ce que cet agencement matériel me transmet en tant que valeurs, et me stimule-t-il ?
- Comment est-ce que je finirais par me comporter si je passais mes journées entières dans cette pièce ?
- Est-ce que ce lieu m'incite à la concentration ? M'aide-t-il à gérer mon temps ?
- Que puis-je faire pour l'améliorer ?


Et bon courage !
On se tient au courant !? :-)